Parcours n°18 - Les Eyssuches
>>
Accueil
>
VTT
>
Parcours n°18 - Les Eyssuches
L'Argentière-la-Bessée

Parcours n°18 - Les Eyssuches

Faune
Flore
Histoire et architecture
Moyen
1h45
12,4km
+286m
-286m
Boucle
VTT
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Circuit de niveau difficile de part et d’autre de la Durance au départ de L’Argentière-la-Bessée.
Ce circuit surplombe la ville de L’Argentière-la-Bessée. Vues imprenables sur son passé (usine Pechiney), sur l’exploitation de l’eau via l’usine hydroélectrique et sur la crête de la Rortie. Ensuite, passage non loin du canyon de l’Ascension via la Roche de Rame et retour en rive droite de la Durance.
Niveau rouge (moyen) en VTTAE

Les 12 patrimoines à découvrir
Faune

Le pouillot de Bonelli

D’avril à juin, un chant d’oiseau bien peu mélodieux, un trille court et sonore, retentit dans la forêt. C’est celui du Pouillot de Bonelli, revenu de migration. C’est un oiseau au plumage assez terne, vert olive avec le ventre blanc. Bien pratique pour se dissimuler dans les branches mais beaucoup moins pour se faire remarquer par une femelle. Une seule solution : chanter fort !
lire la suite
Histoire

La conduite forcée

C'est à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle que l'hydroélectricité prend toute son ampleur à L'Argentière-la-Bessée. De l'eau dévalant des montagnes, il y en a ici pour produire de l'électricité, à l'heure où on ne sait pas encore la transporter, quitte à la détourner, en creusant nombre de galeries et de conduites forcées. La production d'aluminium peut commencer, de même qu'une activité de quartz fondu, pour fabriquer des verres spécialisés pour la chimie.

lire la suite
Faune

L'Alexanor

Ce très beau papillon rare ressemble à s'y méprendre à deux autres papillons plus communs : le flambé et le machaon. Il vit sur les côteaux calcaires et chauds. Bien que protégé, il est menacé par la diminution de son habitat du fait notamment de l'urbanisation et par sa capture et son commerce (illégaux) pour les collectionneurs.
lire la suite
Géologie et géographie

La haute vallée de la Durance

Protégée des influences atlantiques par le Massif du Pelvoux, la haute vallée de la Durance est soumise à un climat très sec, avec de fortes variations saisonnières de températures. Elle abrite des pelouses qui s’apparentent aux steppes d’Europe centrale et sont rares en France. Elle est intégrée dans le site Natura 2000 « Steppique durancien et queyrassien ».
lire la suite
Faune

Le circaète Jean-le-Blanc

C’est en mars que ce grand rapace brun sur le dessus et blanc moucheté de noir en dessous, avec la tête sombre, revient d’Afrique subsaharienne où il a passé l’hiver. Il se nourrit surtout de reptiles qu'il chasse dans les zones steppiques ou dénudées, les friches ou les pierrailles. Il construit son nid dans un pin où grandira un seul poussin. On peut facilement l’observer faisant du surplace dans les airs, à une trentaine de mètres du sol, puis fondre sur sa proie.
lire la suite
Petit patrimoine

La Roche-de-Rame

La commune de la Roche-de-Rame se situe entièrement sur la rive gauche de la Durance. Comme à L'Argentière-la-Bessée, son histoire récente est fortement marquée par l'industrie en pleine expansion au début du XXème siècle. Bien connue pour son plan d'eau naturel, un lac d'origine glaciaire, la commune égrène ses hameaux sur le versant. Plus haut, deux immenses vallons s'enfoncent dans le massif faisant charnière avec le Queyras.
lire la suite
Faune

Le milan noir

Un rapace tourne lentement au-dessus de la vallée. Il est sombre avec une queue légèrement échancrée. Un milan noir, revenu d'Afrique au printemps. Il se nourrit de charognes ou de déchets ainsi que de poissons. On peut le confondre avec le milan royal, marron, roux et blanc avec une queue beaucoup plus échancrée. Ce dernier ne niche pas dans le massif. C'est seulement pendant les périodes de migration que l'on peut l'observer dans la vallée de la Durance.

lire la suite
Faune

Le milan noir

Rapace hivernant en Afrique, le milan noir revient dès la fin mars aux environ de ce tronçon de la Durance. Se nourrissant de charognes, de poissons ou même de déchets, il est lié aux abords des grandes rivières comme la Durance. Un peu plus gros qu'une buse (150 cm d'envergure), il se reconnaît à sa queue légèrement échancrée et à son plumage assez sombre.
lire la suite
Histoire

Les radeliers de la mémoire

Durant des siècles, passaient sur la Durance non des kayaks mais des radeaux constitués de troncs de sapins, épicéas ou mélèzes. Le flottage du bois issu des forêts de l'Embrunais ou du Queyras permettait de l'acheminer vers les grandes agglomérations de Provence. Il était utilisé pour le chauffage et pour la construction navale, notamment pour la Marine royale. Une reconstitution de la descente de la Durance s'effectue maintenant chaque année grâce à une poignée de passionnés, les radeliers de la mémoire.
lire la suite
Faune

Le rossignol philomèle

Bien caché dans un buisson, le mâle du rossignol lance son chant sonore et très varié. Quel bavard ! Il chante même la nuit ! Cet oiseau ne dépasse guère 1200 m d'altitude mais à Rame, il est bien présent. Il affectionne en effet les lieux chauds, souvent au bord de l’eau, et niche dans les buissons. Oiseau migrateur, il passe l'hiver en Afrique.
lire la suite
Eau

Le stade d’eau vive

Dans le cadre de sa restructuration, après la fermeture du site industriel, la ville de L’Argentière-la-Bessée s’est orientée vers le tourisme sportif en mettant en avant les éléments naturels présents sur site, à savoir l’eau. Situé au départ du plus grand parcours navigable de la Durance, la commune a décidé d’être un véritable centre d’eau vive en réalisant ce stade en 1993 sur une longueur de 400 m. Ainsi, de par sa notoriété et sa situation, ce stade accueille, chaque année, plusieurs compétitions de renom aux niveaux national et international.
lire la suite
Histoire

Ancienne zone industrielle de L’Argentière-la-Bessée

Sur les deux murs de ces anciennes industries, vous pourrez découvrir l’histoire de L’Argentière-la-Bessée, marquée par son ère industrielle notamment par la présence d’une centrale hydroélectrique, créée entre 1907 et 1909, exploitant la force motrice des chutes d’eau de montagne. C’était la plus puissante centrale d’Europe à cette époque. De plus, d’autres industries étaient aussi présentes comme la Société du Quartz Fondu ou l’usine d’aluminium et permettaient de faire vivre un grand nombre d’ouvriers.
lire la suite

Description

Le départ se réalise au plein centre-ville non loin du pont qui enjambe la Durance. Il faut d’ailleurs traverser ce pont et rejoindre la route nationale

  1. Au niveau de la route nationale, traverser en face et monter jusqu’au cimetière, le contourner par le Nord en suivant une piste forestière
  2. Au croisement des pistes, continuer plein Sud sur la piste forestière
  3. Au prochain carrefour, laisser la citerne sur votre gauche et continuer la descente plein Sud sur la piste
  4. Quitter la piste et prendre à gauche un petit sentier qui traverse en forêt et descend jusqu’à la Roche de Rame
  5. Après la chapelle Saint Roch de Géro et la traversée du torrent, s’engager sur la petite route sur votre droite
  6. En amont de la route nationale, prendre à gauche le passage sous le pont
  7. Traverser plein Sud l’ancienne déchetterie
  8. Au pont des traverses, rejoindre la route en rive droite de la Durance qui vous ramène à Plan Léothaud
  9. Passer à droite sous le chemin de fer puis à gauche direction la Base de loisirs
  10. Rejoindre la voie verte qui vous mène jusqu’au départ du circuit
Départ : Place du kiosque, L’Argentière-la-Bessée
Arrivée : Place du kiosque, L’Argentière-la-Bessée
Communes traversées : L'Argentière-la-Bessée, La Roche-de-Rame, Champcella, Freissinières

Profil altimétrique


Recommandations

Coordonnées des secours : Secours Montagne : 04 92 22 22 22 ou 112

Rapporter tous ses déchets

Ne pas couper l’itinéraire à travers les prairies

Lieux de renseignement

Bureau d'Information Touristique de L'Argentière-La Bessée

23 Avenue de la République, 05120 L'Argentière-La Bessée

https://www.paysdesecrins.com/

contact@paysdesecrins.com

+33(0)4 92 23 03 11

En savoir plus

Maison du Parc de Vallouise

, 05290 Vallouise

http://www.ecrins-parcnational.fr/

vallouise@ecrins-parcnational.fr

04 92 23 58 08

Information, documentation, maquette, expositions, projections, vente des produits et ouvrages du Parc. Visites guidées pour les scolaires, réservation obligatoire. La nouvelle Maison du parc a ouvert à Vallouise depuis le 1er juin et propose aux visiteurs une exposition permanente interactive invitant à la découverte du territoire et de ses patrimoines. Un espace d'exposition temporaire permettra une offre renouvelée. Enfin,le dispositif est complété par une salle audiovisuelle permettant d'organiser projections et conférences Entrée libre. Toutes les animations du Parc sont gratuites sauf mention contraire.

En savoir plus

Transport

Transports en commun >> https://services-zou.maregionsud.fr/fr/
Pensez au covoiturage >> www.blablacar.fr

Pour plus de renseignements, s'adresser au Bureau d'Information Touristique le plus proche du départ de la randonnée >> www.paysdesecrins.com

Accès routiers et parkings

À 16 km de Briançon, prendre la N94.

Stationnement :

Parking de la place du kiosque, L’Argentière-la-Bessée

Accessibilité

VTTAE
Numéro de secours :
114

Source


Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
12