La Durance P3 : de Briançon à Prelles
>>
Accueil
>
La Durance P3 : de Briançon à Prelles
Briançon

La Durance P3 : de Briançon à Prelles

undefined :
Cotation : II - III
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Description

Ce parcours idéal pour l’initiation s’effectue sur les premiers kilomètres de la vallée de la Durance. Long de près de 5km et classé II-III,  il ne présente pas de difficultés particulières. Les premiers moments permettent de sortir de Briançon et de s’isoler progressivement du centre urbain et de la route nationale qui borde la Durance.

Considéré comme un parcours « école », avec un seul rapide classé III, cet itinéraire se pratique de mai à octobre, en fonction des niveaux d’eau.

En arrivant sur Prelles, suivre la signalétique pour débarquer au camping au cœur du méandre en rive droite.

A la sortie de l’eau, prendre la piste perpendiculaire à la Durance pour traverser le camping. Au bout de la piste, prendre sur la droite pour se diriger vers la route nationale, qui retourne vers Briançon.

  • Communes traversées : Briançon, Puy-Saint-André, Saint-Martin-de-Queyrières et Villar-Saint-Pancrace

Materiel

Équipements

- Combinaison obligatoire (eaux glaciaires, qui peuvent descendre sous les 4°C)

- Casque obligatoire

- Gilet de sauvetage obligatoire

- Les kayaks gonflables sont fortement déconseillés

Recommandations

Éléments importants : 

- Attention aux variations des niveaux d’eau en fin de parcours, à cause de la centrale hydroélectrique

- Attention aux risques de crue en cas d’orage

- Attention aux embâcles en début de saison, qui peuvent être liés à des chutes d’arbre 

- Penser à ramener vos déchets

Attention : Il est nécessaire d’avoir un niveau expérimenté afin de s’engager seul sur ces sites. Ces informations sont données à titre indicatif. Il est de votre responsabilité de vérifier le bulletin météo, le débit des cours d’eau ainsi que les conditions avant votre départ. L’Office de tourisme et le PNE ne pourront aucunement être portés responsable en cas d’accident. 

En cas de doutes, s’adresser à des professionnels : moniteurs ou loueurs de matériels : https://www.paysdesecrins.com/decouvrir/activites-et-loisirs/eaux-vives-hautes-alpes-ete/kayak-hautes-alpes-ete

Coordonnées des secours : Secours Montagne : 04 92 22 22 22 ou 112 

Lien du bulletin météo : https://www.paysdesecrins.com/infos-pratiques-hiver/offices-de-tourisme-du-pays-des-ecrins/meteos

Consulter les niveaux d’eau à l’Argentière : https://www.rdbrmc.com/hydroreel2/station.php?codestation=1125

Les 5 patrimoines à découvrir

  • Flore

    L’anémone des montagnes

    Au printemps, fleurit ici l'anémone des montagnes ou Pulsatille des montagnes. C'est une plante couverte d’un duvet de poils blancs aux grandes fleurs penchées, d'un violet noir tranchant avec le jaune vif des nombreuses étamines et aux feuilles très découpées. En été, ses fruits munis d'une longue aigrette forment une tête plumeuse au sommet de la tige. Même si localement est elle bien présente, c'est une espèce peu commune liée aux prairies d'affinité steppique de la vallée de la Durance.

  • Flore

    Le peuplier noir

    De la ripisylve, forêt naturelle vivant au bord de l'eau, il ne reste presque plus rien. On peut remarquer quelques peupliers noirs ... qui ne sont pas noirs du tout, à l'écorce très crevassée et aux feuilles triangulaires et luisantes. A la fin de l'été, les fruits laissent échapper quantité de graines munies de longs poils cotonneux favorisant leur dispersion par le vent. Ça marche tellement bien qu'on dirait qu'il neige !
  • Faune

    La bergeronnette grise

    Le départ du parcours s'effectue en milieu urbanisé. Cela n'empêche pas la bergeronnette grise d'être présente, car elle s'est habituée à l'homme. Oiseau élégant à la longue queue qu'elle hoche fréquemment, elle est habillé de gris, de noir et de blanc. Si les berges des rivières sont son milieu d'origine, on peut maintenant l'observer dans les prairies, les champs et les jardins. Elle niche dans des anfractuosités de rochers. Elle est migratrice.
  • Flore

    Le saule pourpre

    Une trentaine d'espèces de saules vivent en France. Le saule pourpre est un arbuste vivant au bord de l'eau dont les rameaux sont ... pourpres et les feuilles étroites et allongées. Les chatons, groupes de fleurs sans pétale mais munis de longs poils soyeux gris, d'où leur joli nom, apparaissent avant les feuilles. Certains pieds ne portent que les chatons femelles (munis d'organes femelles), les autres des chatons mâles, aux étamines ... pourpres en début de floraison !
  • Faune

    Le pouillot véloce

    Dès le printemps, un chant d’oiseau, « tchip–tchap » répété inlassablement, résonne dans le bois. Le chanteur est un petit oiseau migrateur aux tons verdâtres, le pouillot véloce. Les français le nomment « compteur d'écus » car son chant ferait penser au son de pièces de monnaie que l'on égrène. Les anglais le nomment tout simplement Common Chiffchaff ! Quant au qualificatif de véloce , il vient de ce qu'il se déplace rapidement dans le feuillage.