La Roche de Rame
>>
Accueil
>
Escalade
>
La Roche de Rame
La Roche-de-Rame

La Roche de Rame

Géologie
Histoire et architecture
Type de site : Voie
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Un haut lieu de l’histoire de l’escalade dans le val Durance, avec notamment le premier 9a des Hautes-Alpes.
Avec des approches courtes, des styles et des ambiances très variés, le secteur de La Roche convient autant à l’escale familiale qu’au grimpeur de haut niveau. Situé au cœur du val Durance, à 1000 m d’altitude, on peut y grimper toute l’année.

Description

Si on marche 30 minutes pour se rendre à la paroi du Villard, on peut assurer depuis la voiture au secteur « centre village ». Ça laisse le choix quant à l’humeur du jour.

Les falaises qui entourent La Roche de Rame font partie de l’histoire du haut niveau dans les Hautes-Alpes. Les 8 du Batheou et du Centre sont représentatifs des cotations de l’époque, pas vraiment « low cost », et on se doit de faire « la coche » dans un de ces 8 pour intégrer le sérail des octogradistes.

Depuis, les sites se sont étoffés de voies plus abordables et de nouveaux ont vu le jour. Récemment, sous la houlette de grimpeurs locaux, la mairie a entrepris de ré-équiper les falaises situées sur son territoire. On y trouvera donc un équipement de qualité, parfois revisité tout en gardant l’âme des ouvreurs. Cela offre une deuxième jeunesse au Bathéou et au Villard, sur un caillou souvent neuf.

Pour les tout jeunes grimpeurs, la Carrière est un endroit idéal pour faire ses premiers pas sous l’œil de son doudou posé tout près, un peu inquiet. 

Enfin, Géro propose une escalade essentiellement dans le 5 et le 6, plutôt démocratique et idéale pour le grimpeur aguerri qui cherche avant tout à se faire plaisir.

Rocher : calcaire

Infos : JJ Rolland
Mairie de la Roche de Rame.
Association « Rock’n bolt 05»

Pour des informations plus précises, veuillez consulter le topo Briançon Climbs de 2022.
  • Communes traversées : La Roche-de-Rame

Recommandations

Le bathéou et Centre village sont situés en agglomération ou sur des propriétés privées. Veillez à respecter ces lieux. Pas de chiens, pas de bruit et garez-vous au mieux afin de ne pas gêner les riverains.
L'encadrement par un professionnel de la montagne diplômé pour la pratique de l'escalade est recommandé.

L'encadrement par un professionnel de la montagne diplômé pour la pratique de l'escalade est recommandé.


Lieux de renseignement

Bureau d'Information Touristique de L'Argentière-La Bessée

23 Avenue de la République, 05120 L'Argentière-La Bessée

https://www.paysdesecrins.com/

contact@paysdesecrins.com

+33(0)4 92 23 03 11

Maison du Parc de Vallouise

, 05290 Vallouise

http://www.ecrins-parcnational.fr/

vallouise@ecrins-parcnational.fr

04 92 23 58 08

Information, documentation, maquette, expositions, projections, vente des produits et ouvrages du Parc. Visites guidées pour les scolaires, réservation obligatoire. La nouvelle Maison du parc a ouvert à Vallouise depuis le 1er juin et propose aux visiteurs une exposition permanente interactive invitant à la découverte du territoire et de ses patrimoines. Un espace d'exposition temporaire permettra une offre renouvelée. Enfin,le dispositif est complété par une salle audiovisuelle permettant d'organiser projections et conférences Entrée libre. Toutes les animations du Parc sont gratuites sauf mention contraire.

En savoir plus

Les 20 patrimoines à découvrir

  • Faune

    Le mouflon

    Une petite population de mouflons fréquente les lieux. Le mouflon méditerranéen, issu de croisements entre mouflons de Corse et d'autres espèces de mouflons ou de moutons, a été introduit il y a plusieurs décennies par les sociétés de chasse. C'est un animal mal adapté à la neige, aussi se tient-il sur les pentes sud vite déneigées. Le mâle arbore de grandes cornes enroulées. Les femelles, le plus souvent sans corne, peuvent parfois en avoir, droites et peu développées.
  • Flore

    La lavande à feuilles étroites

    La lavande à feuilles étroites possède des feuilles gris verdâtre et des fleurs violettes. Elle s'installe dans les zones ensoleillées, rappelant que le Pays des Écrins se situe dans les Alpes du Sud ! Cette plante, à ne pas confondre avec le lavandin, pousse en effet naturellement dans les pentes rocailleuses des montagnes du Midi. Le mot « lavande » viendrait du latin laver. Cette étymologie laisse supposer que l'on utilisait déjà très tôt la lavande pour parfumer le linge.

  • Flore

    La pinède

    Le sentier traverse une forêt de pin sylvestre reconnaissable à son tronc orangé, surtout dans la partie supérieure. Cet arbre supporte bien la sécheresse (le sol est ici calcaire) mais aussi le froid. Aussi est-il bien présent dans les vallées intra alpines. 

  • Flore

    Le bois de tremble

    Ici un bois de tremble, au tronc lisse et verdâtre, aux feuilles arrondies et crénelées prenant de magnifiques couleurs à l'automne. Le pétiole (la « queue ») des feuilles du tremble est aplati et tordu, aussi offre t-il une prise au moindre souffle d'air, ce qui a pour effet de faire « trembler » le feuillage !

  • Flore

    Le mélèze

    Des aiguilles jaune d’or en automne, des cônes violets au printemps… Le mélèze est un nuancier de couleurs tout au long de l’année, il porte plutôt bien son appellation d’arbre lumière. Il perd ses douces aiguilles caduques en automne et hiver. Au printemps, les petites branches de ce conifère sont parsemées de fleurs femelles, qui deviendront des cônes, et mâles. Le mélèze se plaît sur l’ubac et illumine la montagne.

  • Faune

    Le mouflon

    Une petite population de mouflons fréquente les lieux. Le mouflon méditerranéen, issu de croisements entre mouflons de Corse et d'autres espèces de mouflons ou de moutons, a été introduit il y a plusieurs décennies par les sociétés de chasse. C'est un animal mal adapté à la neige, aussi se tient-il sur les pentes sud vite déneigées. Le mâle arbore de grandes cornes enroulées. Les femelles, le plus souvent sans corne, peuvent parfois en avoir, droites et peu développées.

  • Histoire

    L’ancienne épicerie du quartier

    Dans le hameau typique du Bathéoud, et plus précisément dans la maison située ici, existait une épicerie. Prisée par les habitants de ce petit hameau, elle leur facilitait le quotidien lorsque les moyens de transports n’étaient pas aussi développés qu’à l’époque actuelle. Cette échoppe permettait aux habitants de se rencontrer lors des commissions, un véritable lieu de vie et d’échanges. 

  • Petit patrimoine

    Le four banal de Bathéoud du Haut

    Aujourd’hui, acheter une baguette de pain est une action quotidienne plus ou moins banale. Cependant,  jusqu’après la Seconde Guerre mondiale, les habitants du hameau du Bathéoud fabriquaient leurs propres pains grâce au four banal. La cuisson du pain était un jour de fête car la production de pain était rare, ce dernier se devait d’être conservable plusieurs mois… 

  • Eau

    Le canal de Serre-Duc

    Entre le Bathéoud et la pente rocheuse se trouve le quartier de Serre-Duc. La circulation de l’eau était permise par le canal d’irrigation de Serre-Duc. Il est aujourd’hui abandonné mais son tracé est toujours visible entre les pins et les lavandes. Sa prise d’eau était située en amont du Coumbal de Satan et le canal permettait l’arrosage de tout le quartier. 

  • Point de vue

    Vue sur la vallée de la Durance

    Protégée des influences atlantiques par le Massif du Pelvoux, la haute vallée de la Durance est soumise à un climat très sec, avec de fortes variations saisonnières de température. Elle abrite des pelouses qui s’apparentent aux steppes d’Europe centrale et sont rares en France. Elle est intégrée dans le site Natura 2000 “Steppique durancien et queyrassien”.

  • Pastoralisme

    Les cultures d’antan

    Située sur la rive gauche de la Durance, la commune de La Roche-de-Rame jouit de belles terrasses ensoleillées où des hameaux sont venus s’implanter. Cette situation a également permis le développement de nombreux vergers favorisant la production de plusieurs fruits et notamment les abricots. Cependant aujourd’hui, ces vergers sont à l’abandon et peu d’agriculteurs sont restés dans la vallée. 

  • Eau

    Les canaux d’irrigation

    À flanc de montagne, vous pouvez découvrir des anciens canaux d’irrigation qui sont encore en partie utilisés aujourd’hui par les habitants du hameau pour leurs jardins et les champs. La spécificité climatique de ce versant rend la maîtrise de l’eau nécessaire pour les cultures. 

  • Faune

    Le rossignol philomèle

    Bien caché dans un buisson, le mâle du rossignol lance son chant sonore et très varié. Quel bavard ! Il chante même la nuit ! Cet oiseau ne dépasse guère 1200 m d'altitude mais à Rame, il est bien présent. Il affectionne en effet les lieux chauds, souvent au bord de l’eau, et niche dans les buissons. Oiseau migrateur, il passe l'hiver en Afrique.
  • Faune

    Le circaète Jean-le-Blanc

    C’est en mars que ce grand rapace brun sur le dessus et blanc moucheté de noir en dessous, avec la tête sombre, revient d’Afrique subsaharienne où il a passé l’hiver. Il se nourrit surtout de reptiles qu'il chasse dans les zones steppiques ou dénudées, les friches ou les pierrailles. Il construit son nid dans un pin où grandira un seul poussin. On peut facilement l’observer faisant du surplace dans les airs, à une trentaine de mètres du sol, puis fondre sur sa proie.
  • Petit patrimoine

    La Roche-de-Rame

    La commune de la Roche-de-Rame se situe entièrement sur la rive gauche de la Durance. Comme à L'Argentière-la-Bessée, son histoire récente est fortement marquée par l'industrie en pleine expansion au début du XXème siècle. Bien connue pour son plan d'eau naturel, un lac d'origine glaciaire, la commune égrène ses hameaux sur le versant. Plus haut, deux immenses vallons s'enfoncent dans le massif faisant charnière avec le Queyras.
  • Faune

    Le milan noir

    Un rapace tourne lentement au-dessus de la vallée. Il est sombre avec une queue légèrement échancrée. Un milan noir, revenu d'Afrique au printemps. Il se nourrit de charognes ou de déchets ainsi que de poissons. On peut le confondre avec le milan royal, marron, roux et blanc avec une queue beaucoup plus échancrée. Ce dernier ne niche pas dans le massif. C'est seulement pendant les périodes de migration que l'on peut l'observer dans la vallée de la Durance.

  • Eau

    Torrent de Bouchouse

    Le Torrent de Bouchouse est alimenté par le torrent de la Pisse et du Pansier à 1 900 m. Il approvisionne la commune de La Roche-de-Rame en la traversant. Ce torrent s’écoule ensuite dans la Durance en contre-bas de la commune.

  • Point de vue

    La Roche-de-Rame

    Magnifique point de vue sur la commune de la Roche-de-Rame ! Cette commune se situe sur la rive gauche de la Durance. Comme à L'Argentière-la-Bessée, son histoire récente est fortement marquée par l'industrialisation du début du 20ème siècle. Bien connue pour son plan d'eau naturel, un lac d'origine glaciaire, la commune égrène ses hameaux sur le versant. Plus haut, deux immenses vallons, dont celui de Bouchouse, s'enfoncent dans le massif faisant charnière avec le Queyras.
  • Faune

    Le milan noir

    Rapace hivernant en Afrique, le milan noir revient dès la fin mars aux environ de ce tronçon de la Durance. Se nourrissant de charognes, de poissons ou même de déchets, il est lié aux abords des grandes rivières comme la Durance. Un peu plus gros qu'une buse (150 cm d'envergure), il se reconnaît à sa queue légèrement échancrée et à son plumage assez sombre.
  • Faune

    Migrations dans la vallée de la Durance

    La vallée de la Durance a toujours été une grande voie de communication. Pour les hommes comme pour les animaux. Au printemps comme à l'automne, on peut voir le long de la rivière des oiseaux faisant halte au cours de leur migration : aigrette garzette, grande aigrette, chevalier guignette, cigogne blanche ou cigogne noire.

Itinéraires à proximité


Source

Parc national des Ecrinshttps://www.ecrins-parcnational.fr