De L’Argentière-la-Bessée à Vallouise par la Pousterle
>>
Accueil
>
A pied
>
GR®54 - Tour de l'Oisans et des Ecrins depuis L'Argentière-la-Bessée
>
De L’Argentière-la-Bessée à Vallouise par la Pousterle
L'Argentière-la-Bessée

1. De L’Argentière-la-Bessée à Vallouise par la Pousterle

Col
Flore
Refuge
Moyen
6h
14,5km
+843m
-648m
Etape
PR
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

En route pour la première étape de cette grande aventure qui mène au Col de la Pousterle, belvédère du vallon du Fournel, avant de redescendre vers la jolie bourgade qu'est Vallouise.

C’est le grand jour du départ. Le sac à dos sera le plus fidèle compagnon des randonneurs ; pourvu qu’il ne manque rien ! L’Argentière- la-Bessée gagne à être découverte à pied tant elle regorge de trésors patrimoniaux. Le GR54 révélera ses secrets plus tard. Une douce montée en forêt permet d’apprécier le panorama sur le vallon du Fournel et le sud de la vallée de la Durance. La première pause bien méritée se fera donc au Col de la Pousterle. Puis il faudra redescendre toujours en forêt dans un village aussi authentique que dynamique : Vallouise. Bienvenue dans cette aventure dont on ne revient jamais tout à fait le même…


Les 10 patrimoines à découvrir
Histoire

Le compresseur mobile

Dans les mines, l’air comprimé permet de chasser la poussière et de créer de l’énergie pour les perforatrices. Le compresseur mobile contient, dans un réservoir résistant, de l’air comprimé qui est amené à une forte pression via une pompe (le compresseur). Une conduite permet ensuite de distribuer l’air comprimé aux machines de la mine.

lire la suite
Histoire

La turbine Francis

L’américain James Francis a mis au point la turbine Francis entre 1849 et 1855. Il s’agit d’une turbine “à réaction” adaptée à des moyennes chutes (entre 15 et 500 m de chutes). L’eau entre dans la turbine puis circule entre les aubes directrices et les aubes de la roue, qui sont fixes, alors que la roue intérieure est mobile. La pression à l'entrée de la roue est supérieure à la pression de sortie de la roue. 

lire la suite
Petit patrimoine

Les hameaux de l’Argentière

Avant qu’elle ne soit rattachée à la commune de La-Bessée pendant la période révolutionnaire, l’Argentière se situait sur ce versant bien exposé, avec tous ces hameaux, de l’église à l’Eychaillon. Ce n’est que dans la deuxième moitié du XIXème siècle, quand la Durance fut endiguée et que les industries s’installèrent, que le bourg moderne de l'Argentière se développa dans la plaine entre les 2 anciennes localités. Aussi, le sentier permet de découvrir les anciens hameaux avec de très belles maisons.

lire la suite
Flore

L’apollon

Ce grand papillon blanc orné de taches noires et de points rouges est commun dans les zones chaudes où poussent orpins et joubarbes, plantes hôtes de ses chenilles. Commun, il le reste dans les Alpes mais il s’est beaucoup raréfié ailleurs. Il est d’ailleurs protégé. On constate sa remontée en altitude, en lien avec le réchauffement climatique car ses œufs posés sur les plantes en été ont besoin d’un certain nombre de jours de gel en hiver pour éclore.

lire la suite
Petit patrimoine

Les mines d’argent

Le sentier passe à proximité des mines d’argent qui ont donné son nom à la commune de l’Argentière. Leur exploitation a débuté à l’époque médiévale puis s’est éteinte avant de reprendre au XIXème siècle. Elles ont définitivement fermé en 1908. Depuis 1992, le site fait l’objet de fouilles archéologiques avec d’importants travaux de dégagement de matériaux charriés par les crues du Fournel. Leur visite avec un guide (sur réservation) laisse admiratif : que d’ingéniosité et de travail pour extraire la galène argentifère !
lire la suite
Faune

La chevêchette d'Europe

C’est au printemps qu’on peut entendre ce petit rapace nocturne ; ou en automne, période à laquelle il peut lancer de drôles de cris. D'activité diurne et crépusculaire, la chouette chevêchette est une prédatrice de passereaux et de petits rongeurs forestiers.  Mais lorsqu'ils la repèrent, les passereaux n'hésitent à venir la houspiller en grand nombre afin de rendre vaine toute tentative d'attaque surprise. Elle est inféodée aux forêts de montagne où elle recherche les arbres à cavité de pic pour établir son nid.

lire la suite
Histoire

Les Prés, hameau de Puy Saint Vincent

Le hameau des Prés est l’un des principaux de Puy-Saint-Vincent. Il est situé, comme le Puy ou les Alberts, sur un replat qui correspond à un épaulement glaciaire de l'ancien glacier de la Gyronde. Son nom, comme ceux de Prey d'Aval, Prey du milieu et Prey d'Amont rappelle qu'avant la construction de la station, prairies et cultures se partageaient l'espace.

lire la suite
Histoire

Le sentier du Facteur

Autrefois, le facteur empruntait ce même chemin quotidiennement : il partait de Vallouise, déposait les courriers à Puy-Saint-Vincent et redescendait à Vallouise en faisant une halte aux hameaux de Parcher. L’hiver, quand les chutes de neige étaient trop importantes, ce sont les Traversouires (les habitants de Puy-Saint-Vincent) qui chaussaient des raquettes et se munissaient de pelles pour tracer le chemin du facteur jusqu’à Vallouise. 

lire la suite
Faune

Le Semi-Apollon

Ce papillon aux ailes hyalines, blanc translucide, marquées de deux taches noires vole dans les clairières ou en lisière de bois, là où pousse la plante hôte de ses chenilles, la corydale. Semblant abondante localement, c’est pourtant une espèce en forte régression et protégée.

lire la suite
Faune

Le cincle plongeur

Perché sur un bloc au milieu de la rivière, un oiseau trapu, à la queue courte, brun avec une grande bavette blanche, se balance de haut en bas avec la queue dressée. Puis il plonge et ne réapparaît que quelques instants plus tard. Cet oiseau chasse ainsi, plongeant puis marchant à contre-courant au fond de l'eau en quête de larves aquatiques d’insectes, de petits crustacés ou petits poissons, soulevant les galets avec son bec pour les déloger.
lire la suite

Description

De la gare de L’Argentière (990 m), prendre l’avenue C. de-Gaulle (sud) en direction de la Chapelle Saint-Jean (à droite avec la gare dans le dos). Continuer rue du Château et passer devant le Musée de la mine d’argent. Poursuivre sur la route jusqu’au pont de la Magdeleine (998 m).

  1. Franchir le torrent du Fournel et prendre la direction des cols d’Anon et des Lauzes. Longer le Fournel sur 100 m et à l’embranchement, bien la route de gauche. Un petit sentier franchit le canal et s’élève dans le Bois de Champ Pelbaud sous les crêtes de la Rortie. A la prochaine intersection (1 132 m), prendre le sentier de droite. Faire de même à la suivante. Le chemin en belvédère domine la route en face et la rejoint à un pont sur le Fournel (1 301 m).
  2. Couper le lacet de la route, franchir une passerelle (EDF), laisser la route et rester en rive droite jusqu’au pont (1 350 m) où il y a un parking. Franchir le Fournel, suivre la route carrossable qui mène au Champ Didier. Un sentier continue et, après plusieurs lacets, rejoint la route carrossable qui contourne Les Clausas. La suivre sur quelques virages et une ligne droite pour rejoindre le Col de la Pousterle.
  3. Du Col de la Pousterle, suivre le GR sur un chemin large pour rejoindre le village de Puy-Saint-Vincent 1400.
  4. A la sortie de Puy-Saint-Vincent 1400 descendre sur un sentier qui part plein nord en direction de Vallouise, puis va s'orienter vets l'ouest, pour rejoindre l'Onde, la traverser et entrer dans le bourg de Vallouise par des vergers.
Départ : L’Argentière-la-Bessée
Arrivée : Vallouise
Communes traversées : L'Argentière-la-Bessée, Les Vigneaux, Puy-Saint-Vincent, Vallouise-Pelvoux

Profil altimétrique


Source

Parc national des Ecrinshttps://www.ecrins-parcnational.fr

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :


À proximité
50